Pour la cinquième année consécutive, les animateurs nature du réseau LorEEN ont répondu présent pour les rencontres d’hiver ! L’équipe de LorEEN a eu le plaisir de recevoir 37 animateurs, représentant 20 structures, à l’Odcvl L’Eaudici, structure membre du réseau depuis la première heure, située dans les Vosges, dans le charmant petit village des Voivres. Pendant deux jours, les 29 et 30 janvier 2024, plusieurs intervenants et ateliers sur différentes thématiques se sont enchaînés pour le plus grand plaisir des participants.

Loreen Jdesa 2024 1

C’est dans une ambiance très ensoleillée et presque printanière que les ateliers de la première journée ont été lancés ! Tout droit venus de Bourgogne-Franche-Comté, Juliette DELESSARD (Empreintes) et Hervé BRUGNOT (Anima natura) ont proposé de diviser la journée pour que tous les animateurs puissent profiter des deux thématiques du jour.

L‘atelier de Juliette était axé sur la facilitation, la médiation et la gestion de groupes.

Habituée aux colos naturalistes, l’intervenante a proposé de partager quelques-unes de ses techniques de bris de glace, bien utiles lors de l’accueil d’un groupe où personne ne se connait. Un tour des prénoms a donc été lancé, de la droite vers la gauche, puis en sens inverse pour que chaque animateur présente son voisin, pour finir par se ranger par ordre alphabétique. Avant de partir à pied pour se rendre au cœur d’une hêtraie non loin du gîte, le groupe a été invité à se mettre en binômes tournants pour échanger, le temps du trajet, sur la notion de groupe, en donnant sa propre définition, en précisant les bons souvenirs ou les difficultés parfois rencontrées, ce qui est apprécié lors d’un accueil ou au contraire ce qui est appréhendé.

Loreen Jdesa 2024 2

Une fois les participants immergés dans la forêt, Juliette a lancé plusieurs jeux permettant aux animateurs de se mettre dans une dynamique de groupe, comme lors d’un séjour ou d’une colo, où la coopération, la prise en compte des émotions et le positionnement de chacun sont nécessaires. Tous ont effectué des déplacements en solo dans l’espace, le temps de réfléchir aux sentiments ressentis, et de se questionner sur leur état intérieur. Lorsqu’ils se croisaient, ils pouvaient se dire bonjour avec les yeux, puis avec des gestes, tactiles ou pas, laissant ainsi le langage du corps s’exprimer.

Loreen Jdesa 2024 3

Juliette a ensuite demandé aux animateurs de former des binômes constitués de façon à ce que les deux animateurs se sentent à l’aise l’un avec l’autre, sans aucun jugement, tout en dédramatisant la situation, quitte à recommencer pour former de nouveaux binômes pour que chacun puisse être à son aise. L’exercice du « sculpteur/statue » a ainsi été lancé. Les binômes ont incarné, à tour de rôle, la fonction de sculpteur et de bloc de terre molle et malléable, le sculpteur devant ainsi modeler sa terre, sans faire usage de la parole, en communiquant uniquement grâce au langage corporel tout en respectant les zones que sa terre acceptait d’être touchées. Cette coopération devait ainsi traduire l’énergie du sculpteur. Toujours grâce au langage du corps, les animateurs ont ensuite été invités à incarner le « pour » puis le « contre », en adoptant des postures parlantes. Les sculptures humaines ont souvent fait ressortir l’âme créative des apprentis sculpteurs, l’occasion aussi d’entendre quelques rires se propager dans la forêt ! L’ensemble des exercices accompli a donc donné des idées aux animateurs, qui les mettront, sans aucun doute, en application dès que l’opportunité se présentera.

Loreen Jdesa 2024 4

Du côté d’Hervé, les thèmes abordés concernaient la nature sacrée, les peuples premiers et la méditation en pleine nature.

Les animateurs, munis d’un élément naturel trouvé sur place, ont commencé par se présenter et se décrire à l’aide de ce dernier.

Loreen Jdesa 2024 5

Après une petite marche, les animateurs se sont retrouvés au cœur de la forêt où Hervé leur a proposé de s’imprégner de l’endroit, puis de trouver un arbre pour s’installer à son pied. Chacun a alors pris le temps d’écouter puis de retranscrire sur le papier « la parole des arbres ». Rappelés par une douce mélodie de flûte, tous se sont réunis pour partager, s’ils le souhaitaient, leurs écrits. Les mots « ancrage » et « résilience » sont souvent ressortis, preuve que les arbres incarnent une certaine majestuosité qui ne laisse personne indifférent. A travers cet exercice, Hervé a souhaité amener les animateurs à adopter une pensée animiste, à porter un autre regard sur la nature, comme les peuples premiers le faisaient grâce à une culture de l’oralité et de respect vis-à-vis de la nature qui nous entoure.

Loreen Jdesa 2024 6

L’animateur a également parlé des « signes de la nature ». En effet, les peuples premiers interprétaient beaucoup les signes et se laissaient guider dans leur rapport au monde grâce aux messages qu’ils portaient. Pas de place au hasard donc, que des signes, des symboles et des messages à interpréter. A quoi pensions-nous quand nous avons vu ce signe ? Comment l’interpréter ? Quels sont les signes de la nature ? Des questions à se poser et des réponses à trouver… Avant de repartir, chacun à son rythme, les participants ont remercié la forêt, partenaire de ce moment, pour son accueil.

Loreen Jdesa 2024 7

Une fois les ateliers de la journée terminés, chacun a pu rejoindre ses « appartements » et découvrir les chambres accueillantes de l’Odcvl. Place ensuite à l’apéritif et au partage de la traditionnelle auberge espagnole où, comme chaque année, les animateurs relèvent le défi de ramener des mets ou boissons faits maison qui ravissent les papilles des participants ! Ce temps « off » reste un incontournable puisqu’il a permis aux animateurs de prendre le temps de poursuivre les échanges avec les encadrants de la journée tout comme avec les collègues qu’ils n’ont pas l’occasion de croiser régulièrement.

Loreen Jdesa 2024 8

Pour finir la journée, Christophe WOEHRLE, enseignant et historien, a proposé une conférence « Sur la piste du Lynx », abordée selon une approche historienne, historique et parfois humoristique. Les participants ont découvert les différentes représentations du félidé au fil des siècles, dans les textes et poésies comme sur les planches de dessin, l’image du grand carnivore dépendant grandement de la manière dont il a été dépeint dans ces différents ouvrages. La « forte épaule », le « loup cervier » ou encore « loup garou » sont donc les noms qui ont pu être utilisés pour parler du Lynx à travers les époques. L’étymologie et la toponymie des différents noms de lynx ne présentaient plus aucun secret pour notre conférencier qui a parcouru le monde et fouillé les archives pendant plus de 3ans et demi grâce à son œil affûté (ou son œil de Lynx ?!) pour nous livrer toutes ses découvertes aussi riches que surprenantes.

Loreen Jdesa 2024 9

Pour finir cette journée en beauté, place au bien connu « cinquième » (repas des animateurs une fois la journée finie et les enfants couchés) qui a permis d’alterner grignotages, parties de babyfoot et blind test musical au kazoo !

Loreen Jdesa 2024 10

Après une bonne nuit de sommeil pour certains ou quelques petites heures de sieste pour d’autres (sacré kazoo !), la seconde journée a débuté par l’accueil d’Aurélie TOUSSAINT (Parc naturel régional de Lorraine) pour aborder le sujet des mares. L’intérêt des zones humides, dont font partie les mares, a évidemment été évoqué. Pouvant contenir jusqu’à 5 000 m² d’eau (5 piscines olympiques !), avec moins de 2m de profondeur, sans système de vidange mais avec une alimentation naturelle en eau, elles sont des éléments essentiels de la trame bleue. Celles-ci n’ont d’ailleurs d’intérêt que si elles fonctionnent en réseau et si elles sont présentes dans un milieu où les corridors, la trame verte, sont également préservés pour favoriser la biodiversité (installation, déplacement, reproduction d’espèces). La création et la restauration de mares font partie des chantiers participatifs les plus communs de nos jours. Aurélie a donc insisté sur le fait que des périodes sont plus propices à la réalisation de ces chantiers, afin de respecter le cycle biologique des espèces faunistiques comme floristiques.

Loreen Jdesa 2024 11

Après cette partie théorique, les animateurs ont été invités à découvrir les mares de l’Odcvl grâce à une visite des sites d’animation de la structure. Plusieurs mares, plus ou moins accueillantes en termes de biodiversité ont été présentées par Hélène BAEUMLIN (Odcvl Les Voivres). Larves de dytique, tritons et végétaux aquatiques ont alors été observés. Après avoir fait le tour de l’étang Lallemand sur des caillebottis humides et bien glissants, Frédéric DOUADI (Odcvl Les Voivres) en a profité pour présenter la ferme aquacole où truites fario et écrevisses sont élevées. Assis sur la pelouse rase entretenue par les quelques ragondins du site, les animateurs en ont profité pour échanger sur leurs différents projets de création ou d’entretien de mares tout en déviant sur leurs pratiques et techniques d’animation.

Loreen Jdesa 2024 12

La matinée ayant filé à une vitesse folle, il était déjà temps pour tout le monde de retourner au gîte pour partager l’ultime déjeuner. Après avoir été amplement rassasiés et pour rester sur la thématique du matin, les participants ont pris part au tant attendu escape game « Sauvez l’usine ! Goutte que goutte ». Les règles du jeu et les missions dévoilées, les animateurs ont été divisés en 6 groupes afin de résoudre les énigmes permettant de rattraper la boulette de Martin, stagiaire à l’usine ! Scientifiques, policiers, chercheurs, techniciens réseau, pompiers et agents de sécurité se sont donc démenés pendant près d’une heure pour tenter d’éviter aux habitants de la Métropole du Grand Nancy de manquer d’eau le soir venu ! Et comme on pouvait s’en douter, tous ont joué le jeu en réalisant les expériences proposées et en résolvant les différentes énigmes grâce à une coopération et une motivation sans faille ! Le jeu, repris de l’Eau de Toulouse Métropole et adapté pour l’occasion, s’est avéré ludique et a été fortement apprécié par les animateurs. Ce dernier sera donc mis à disposition du réseau pour pouvoir être emprunté et réutilisé dans le cadre d’accueil de loisirs par exemple.

Loreen Jdesa 2024 13

Alors que certains ont préféré prendre le goûter pour prolonger et profiter des rencontres jusqu’au bout, il était déjà temps de se dire au revoir, et de laisser tout le monde rentrer chez soi… jusqu’aux prochaines rencontres que beaucoup attendent déjà avec impatience !

Arrivent maintenant les incontournables et mérités remerciements !

Merci à toute l’équipe de l’Odcvl pour nous avoir accueilli si chaleureusement, dans un cadre naturel et authentique, et de nous avoir fait découvrir ses différents sites d’animation. Merci à Hervé, Juliette, Christophe et Aurélie pour vos interventions de qualité et votre professionnalisme fortement remarqué et apprécié par tous. Et enfin, merci à tous les animateurs, venus de près comme de loin, pour participer à ces deux journées rendues concrètes, vivantes et très animées grâce à votre soif de partager.

On vous donne donc rendez-vous l’an prochain pour une sixième édition !

>> En savoir plus sur les précédentes rencontres <<

Association LorEEN
Abbaye des Prémontrés
9 rue Saint-Martin
54700 Pont-à-Mousson

Contacter LorEEN
contact@loreen.fr
07 55 62 27 07

non dictum pulvinar sed lectus risus in justo libero